Cercle de lecture au Mesnil Esnard


Cercle de lecture un jeudi par mois de 14h à 16h30

Prochains cercles 2018/2019


Cercles précédents

  • Jeudi 27 avril 2017: «Oscar et la Dame Rose » de Eric E.SCHMITT
  • Jeudi 18 mai 2017 : «L’Ecume des jours » de Boris VIAN

  • Cercle du 1er trimestre 2017

    Cliquer sur le titre pour voir la présentation du livre.

    Cercle du 4ème trimestre 2016

    • Jeudi 13 octobre 14 heures : « Soudain, Seuls » d’ Isabelle AUTISSIER
    • Jeudi 10 novembre 14 heures : «Jacob, Jacob » de Valérie ZENATTI
    • Jeudi 15 décembre 14 heures : « La huitième colline » de Louis CARZOU

    Résumé de « la huitième colline »
    Sibel est une jeune journaliste turque, moderne, musulmane non pratiquante, qui vit maritalement avec un certain Volkau. Sa grand-mère, sur le point de mourir, fait venir toute sa descendance pour lui raconter ce qu’elle a toujours caché : née arménienne, lors des massacres de 1915, elle a été sauvée par un jeune médecin turc qui l’a fait plus tard passer pour sa nièce orpheline. On voyage dans le temps entre la scène de la révélation et les événements de 1915 où le jeune médecin découvre l’horreur et la réalité du génocide et tente de sauver l’enfant. Ces révélations bouleversent la famille, chacun réagit selon ses principes et Sibel remet en question la réalité de la Turquie : « c’est quoi être turc ? » Une fin heureuse n’occulte pas la complexité de l’histoire turque et actualise un sujet qui continue à faire couler encre et larmes.

    *



    Cercle du 3ème trimestre 2015

    • Jeudi 15 octobre 14 heures : « l’homme qui voulait être heureux » de Laurent GOUNELLE
    • Jeudi 12 novembre 14 heures : « le dernier frère » de Nathacha APPANAH
    • Jeudi 17 décembre 14 heures : « Jules » de Didier VAN CAUWELAERT

    Cercles des 1er et 2ème trimestre 2015

    • 15 janvier : QUATRE MURS de Kéthévane DAVRICHEWY
    • 12 février : PROFANES de Jeanne BENAMEUR
    • 19 mars : LA JEUNE FILLE A LA PERLE de Tracy CHEVALIER
    • 16 avril : KINDERZIMMER de Valentine GOBY
    • 21 mai : CHARLOTTE de David FOENKINOS
    • 18 juin : « La panoplie des vacances »

    Cercles du 4ème trimestre 2014

    • Jeudi 16 octobre 2014 à 14H Autour du livre de Martine-Marie Muller « Je l’appellerai Eden »
    • Le 16 octobre

      1985. Valencia, trente-deux ans, française, médecin, rejoint une toute petite équipe de French doctors sur les Hauts Plateaux de l’Éthiopie tombée aux mains du dictateur communiste Mengistu. Elle découvre une population affamée, toujours en instance de déportation. Au côté de sœur Évangéline, une religieuse atypique qui, pour supporter l’horreur, se réfugie dans l’alcool, Valencia se jette dans l’action. C’est là qu’elle rencontre un chef rebelle, Nasaré, à demi massacré. Elle le soigne; ils s’aiment. Naît une petite fille, qu’elle appelle Éden et qu’elle emporte avec elle, cachée dans un sac, lorsque les French doctors sont chassés. De retour en France, par respect pour son mari, elle prétendra que cette gamine, elle l’a adoptée.Dix-sept ans plus tard, Éden s’interroge sur son identité et ses racines, et décide de partir pour l’Éthiopie. Là, elle retrouve sœur Évangéline, et rencontre Nasaré, son père… Avertie et tentant de préserver son secret, Valencia accourt. Mais l’Histoire a passé sur leur histoire: Nasaré repart à son combat, elle à sa vie, avec Éden… À travers cette quête de la vérité se dessinent les véritables héros, si fragiles et si proches: des hommes et des femmes pétris de compassion, de tendresse et d’amour. Mieux qu’aucune autre, Martine Marie Muller exprime toute la violence et la grandeur de la vie. Avec ce roman, elle marque un véritable tournant en explorant un univers lointain, et des questions d’aujourd’hui.



    • Jeudi 13 novembre 2014 à 14H Autour du livre de Julian Barnes « Une fille, qui danse »
    • Le 13 novembre

      Ceux qui veulent nier le passage du temps disent : quarante ans, ce n’est rien, à cinquante ans on est dans la fleur de l’âge, la soixantaine est la nouvelle quarantaine et ainsi de suite. Je sais pour ma part qu’il y a un temps objectif, mais aussi un temps subjectif… le vrai, qui se mesure dans notre relation à la mémoire. Alors, quand cette chose étrange est arrivée, quand ces nouveaux souvenirs me sont soudain revenus, ç’a été comme si, pendant ce moment-là, le temps avait été inversé… Comme si le fleuve avait coulé vers l’amont. Tony, la soixantaine, a pris sa retraite. Il a connu une existence assez terne, un mariage qui l’a été aussi. Autrefois il a beaucoup fréquenté Veronica, mais ils se sont éloignés l’un de l’autre. Apprenant un peu plus tard qu’elle sortait avec Adrian, le plus brillant de ses anciens condisciples de lycée et de fac, la colère et la déception lui ont fait écrire une lettre épouvantable aux deux amoureux. Peu après, il apprendra le suicide d’Adrian. Pourquoi Adrian s’est-il tué ? Quarante ans plus tard, le passé va ressurgir, des souvenirs soigneusement occultés remonter à la surface – Veronica dansant un soir pour Tony, un week-end dérangeant chez ses parents à elle… Et puis, soudain, la lettre d’un notaire, un testament difficile à comprendre et finalement, la terrible vérité, qui bouleversera Tony comme chacun des lecteurs d’Une fille, qui danse.


    • Jeudi 11 décembre 2014 à 14H Autour du livre de Laurence Tardieu « Un temps fou »
    • Le 11 décembre

      J’ai peur de vous revoir. Peut-être aurait-il mieux valu en rester là, comme nous l’avons fait depuis six ans, conformément à je ne sais quel accord tacite passé entre nous : ne pas nous revoir, jamais, garder au creux de nous cette longue nuit irréelle comme un secret qui n’appartient qu’à nous. Peut-être, au fond, l’accident est-il celui de notre rencontre, pas du silence qui s’ensuivit […]. J’ai peur de vous revoir, mais comme j’en suis heureuse. L. T.
      Sa plume profonde et éblouissante décrit au plus près les frémissements du désir. Mohammed Ayssaou.
      Elle n’a pas son pareil pour exprimer la fièvre avec douceur, l’intensité avec délicatesse, l’absolu avec simplicité. Jérôme Garcin, Nouvel Observateur.


    Cercles du 2ème trimestre 2014

    • Jeudi 17 avril 2014 à 14H Autour du livre de Franck ANDRIAT «Jolie libraire dans la lumière»

    Le 17 avril

    « Elle a lu la quatrième de couverture, a frissonné d’étonnement. Ce récit ressemblait à s’y méprendre à un épisode de son existence. Elle a déposé l’ouvrage sur le comptoir et est allée ouvrir la porte de la librairie. À neuf heures, les clients sont encore rares et, dans la lumière du matin qui glissait sur la vitre, elle a commencé à lire ce texte inattendu. »
    Les événements de notre vie, même les plus obscurs, sont posés dans la main des anges. Quand les hasards se rencontrent, c’est la lumière qui les rassemble. Une jolie libraire retrouve un fait marquant de son passé dans un livre qui la conduit à tisser des liens et à s’interroger sur son présent.
    Ce roman délicat, qui rend hommage aux libraires et qui chante l’univers des livres, est une ode à la lumière, à la tendresse et à l’amour.
    Franck Adriat nous offre un roman profondément chaleureux, un bel hommage à la puissance des livres et à l’espoir.


  • Jeudi 22 mai 2014 à 14H Autour du livre de Vincent Pieri « Station Rome »
  • Le 22 juin

    Dans quatorze minutes, je suis dehors, sans argent, et je n’ai plus qu’une cigarette. Il va falloir renflouer les caisses, aller faire la manche. La corvée. Récupérer une quinzaine d’euros : cinq pour les clopes, sept pour ce soir et trois pour demain. Je déteste mendier. Ce n’est pas tant le geste, la position humiliante qui me gêne. Non, ça, on s’y fait, avec le temps. Mais les regards. Mauvaise humeur, haine, pitié écœurante, terreur, tous les sentiments les plus dégueulasses y passent.
    Ce qui m’atteint le plus, c’est cette indifférence feinte, ce coup d’œil rapide, en coin, avant d’accélérer le pas, cette peur de me regarder dans les yeux…


    Cercles du 1er trimestre 2014

    • Jeudi 16 janvier 2014 à 14H Autour du livre d’Antoine CHOPLIN «La nuit tombée»
    • Le 16 janvier

      Un homme sur une moto, à laquelle est accrochée une remorque bringuebalante, traverse la campagne ukrainienne. Il veut se rendre dans la zone interdite autour de Tchernobyl. Il a une mission.
      Le voyage de Gouri est l’occasion pour lui de retrouver ceux qui sont restés là et d’évoquer un monde à jamais disparu où, ce qui a survécu au désastre, tient à quelques lueurs d’humanité.


    • Jeudi 20 février 2014 à 14H Autour du livre de Cécile LADJALI«Shâb ou la nuit»
    • Le 20 février

      Le Mot de l’éditeur : Shâb ou La nuit
      Se faisant la narratrice de sa propre histoire, Cécile l’enfant adoptée, acculée au silence et à la nuit, assume et explore, dans un méticuleux travail de reconstitution, la recherche d’une unité originelle perdue. Roman d’une quête : celle des origines, d’une vérité, et du langage à travers l’œuvre à faire pour enfin pouvoir dire le monde et se dire.


    • Jeudi 20 mars 2014 à 14H Autour du livre de David FOENKINOS «La délicatesse»
    • Le 20 mars

      Nathalie et François sont heureux, ils s’aiment et semblent avoir la vie devant eux…
      Mais, un jour, la belle mécanique s’enraye. François décède brutalement.
      Veuve éplorée, le cœur de Nathalie devient une forteresse où même les plus grands séducteurs vont se heurter.
      Sauf un : Markus, un collègue terne et maladroit, sans séduction apparente. Sur un malentendu, il obtient de la belle un baiser volé. Pour cet outsider de l’amour, c’est un signe du destin : il se lance à sa conquête… tout en délicatesse.